English version
fur Deutsche sprache
P. thailandica ( Gruss & Roeth 2009)
 
 
Phalaenopsis de Thailande
 
Origine : Thailande
Synonyme

Pas de synonyme connu

  Plante miniature. Racines charnues, souples, glabres, de 15 à 25 cm. Tige courte complètement recouverte par l'imbrication de la base des feuilles. Feuilles peu nombreuses, 3 à 4, ovales ou oblancéolées, à apex légèrement bilobé, de 8 cm x 3,6 cm, charnues, faiblement carénées, aiguës ou obtuses, de couleur vert grisâtre ou argenté, fréquemment caduques en période de repos lorsque la plante est dans son milieu naturel.
Tige de l’inflorescence multiple, jusqu’à 5, pendantes ou étalées, cylindriques, parfois ramifiées, longues de plus de 10 cm et portant jusqu’à 20 fleurs ; rachis presque droit ; bractées triangulaires, lancéolées ; pédicelle long de 18 mm.
Fleur aux segments largement étalés, petite, de 16 mm x 14 mm, s’épanouissant presque simultanément ; sépale médian ovale nettement cucullé ; sépales latéraux obliques, obovales, réfléchis ; pétales à base étroite, oblongs à apex arrondi ; labelle indistinctement trilobé aussi long que les pétales, mobile ; lobes latéraux érigés, oblongs, plus ou moins triangulaires, falciformes ; lobe antérieur subtriangulaire à apex arrondi ; disque orné d’un callus bifurqué projeté en avant, se divisant en 4 ou 6 appendices allongés ; colonne courte, charnue, épaisse.
Couleur : sépales et pétales blancs ; lobe latéraux jaunes mouchetés de rouge orangé ; lobe antérieur blanc avec deux larges macules jaune orangé ; base du callus jaune ; colonne blanche avec 3 taches orangées de part et d’autre et sous la cavité stigmatique.
 
Observations
 
     Fleurs blanches avec quelque chose d'une suffusion de vert à la zone apicale des sépales et des pétales. Base de la colonne jaune. Lobe latéraux du label blanc avec l'apex brun barré de jaune. Lobe médian blanc avec deux taches jaune vif.
    Bien que d'introduction récente en culture, cette espèce n'apparaît pas spécialement rare dans la nature.
     C'est la seule espèce de la section Parishianae qui aurait une hampe florale capable de se ramifier.
 

     La culture en épiphyte du Phalaenopsis thailandica ne pose pas de problèmes particuliers à condition de pouvoir assurer à la plante une humidité constante d'au-moins 60%. La culture en pot est plus délicate.
    
La plante forme une touffe après quelques années. La floraison est printanière, en même temps que les Phalaenopsis schilleriana, stuartiana et philippinensis, généralement quelques jours avant Phalaenopsis parishii et lobbii.

 
Variétés horticoles
 
  
 
Précédent Suivant