Phalaenopsis marriottiana (Kocyan & Schuit., 2014)
 
Phalaenopsis de Sir Marriott
Origine : Myanmar, Chine (Guangxi), Vietnam?
Dessin de John Day
Synonymes principaux

Vanda parishii var. marriottiana (Rchb.f. 1880)

Vanda parishii var. purpurea (N.E.Br.,1883)

Stauropsis marriottiana (Rolfe,1919)

Hygrochilus parishii var. marriottianus (Pradhan, 1987)

Hygrochilus parishii var. purpureus (Pradhan, 1987) Hygrochilus marriottiana (Christenson, 2005)
Phalaenopsis pingxiangensis ( Hua Deng, Z.J.Liu & Yan Wang (2015)

Plante épiphyte; tige plus courte que celle de Phalaenopsis hygrochila*, épaisse, complétement recouverte par la base des feuilles; feuilles charnues, obovales ou obovales-oblongues ou oblongues, à apex inégalement bilobé, peu nombreuses, de 2à 5, mais beaucoup plus nombreuses en culture, pouvant atteindre 29 cm sur 2,4 à 5,5 cm de large.
Tige florale pendante ou subérigée, pouvant dépasser 35 cm de long, simple, pouvant porter jusqu'à 8 fleurs. Bractées ovales, aiguës, cucullées. Fleurs atteignant 5 cm de diamètre; sépale dorsal elliptique à largement ovale, légèrement caréné; sépales latéraux largement ovales; pétales orbiculaires ou subrhomboïdes, très obtus, rétrécis à la base.
Labelle trilobé; lobes latèraux subquadrangulaires ou suborbiculaires; lobe médian flabellé ou subcunéiforme doté d'une carène longitudinale, présence d'un callus ovale devant l'ouverture de l'éperon, mamelon ou éperon de 2 à 6 mm de long. Colonne arquée.

* La plante adulte peut atteindre une bonne trentaine de centimètres.
 
Ci-dessus, détails du labelle de Phalaenopsis marriottiana dans Reichenbachia
Ci-dessous, illustration de Phalaenopsis pingxiangensis, synonyme de Phalaenopsis marriottiana (d'après Pei-Wen Zhang)
Observations
  Coloration très variable, segments jaune clair plus ou moins largement maculé ou tacheté de rose soutenu, de bronze, de brun/rouge. Base des segments plus claire à blanche, quelquefois tacheté de rose/pourpre ou de brun. Lobe médian rose violacé. colonne blanche ou teintée de rose violacé.
Dans le Dictionnaire Iconographique des Orchidées le Vanda Parishii var. marriottiana est décrit comme suit:
" Inflorescence portant souvent moins de fleurs que dans le type, et celles-ci sont un peu plus petites mais à contour plus symétrique. Sépales et pétales relativement plus larges, d'un rose bronzé nuancé de brun, parfois maculé de rouge, passant au rose pourpre dans la partie inférieure et au blanc tout à fait à la base. Labelle à oreillettes blanches striées de rose pourpré, à limbe d'un pourpre magenta".
La couleur de Phalaenopsis marriottiana a quelquefois été comparée à celle de Phalaenopsis lueddemanniana.
Phalaenopsis marriottiana a été observé à une altitude de 600 mètres en Chine.
Historique
Dans le Journal des Orchidées (VI p.165) un amateur qui avait vu cette plante fleurir dans sa collection s'étonnait de sa ressemblance avec un phalaenopsis.
Dans ce même ouvrage quelques pages plus loin, VI p.196, M. H. J. Ross de Florence raconte l'introduction de cette espèce d'abord décrite sous le nom de Vanda parishii var. marriottiana.
" Ce Vanda fut découvert par Boxall, le collecteur de Hugh Low et Cie, dans les bois d'un de mes amis, près de Mandalay, en Birmanie. Mon ami, en accordant son consentement à Mr Boxall, d'exploiter ses bois, lui a fourni aussi ses grandes forêts indigènes, à condition qu'une part de tout ce qui serait trouvé, me serait destinée. Le hasard a voulu que tous les vandas Parishii Marriottiana, qu'on croyait n'être que des vandas Parishii ordinaires.
Ne sachant quoi faire de quelques centaines de ces plantes, j'en ai fait vendre aux enchères chez Stevens une quantité. La première à fleurir était dans la collection de Sir William Marriott, et reconnue pour une nouveauté, elle a reçu son nom.Très peu de temps après, plusieurs exemplaires ont fleuri chez moi. Tant que je sais,
la plante n'a pas été retrouvée et je crois que les plantes actuellement en culture dérivent de cette seule implantation ".
Même si les auteurs des deux premières descriptions, Reichenbach et Brown en 1880 et 1883, ne relèvent pas d'autre différence que la couleur entre les fleurs de P. hygrochila et P. marriottiana, quelques années plus tard Rolfe note dans l'Orchid Review que les segments de P. marriottiana sont plus larges, plus arrondis et qu'une illustration de l'Orchid Album montre bien les différences.
Même s'il fît de cette plante qu'une variété de Vanda parishii, Reichenbach reviendra plus tard sur ses observations sans toutefois trancher définitivement. Dans Reichenbachia il écrit:
" Si nous tenons compte des circonstances que nous venons de rappeler, ainsi que de la différence de coloris des fleurs, de quelques légères diversités du port des plantes et surtout du faible parfum des fleurs dans la variété Marriottiana, qui est même le plus souvent tout a fait inodore, il ne sera peut-être pas téméraire de regarder les deux formes du Vanda comme constituant deux espèces distinctes. C'est I 'avenir qui prononcera sur ce point."

Reichenbachia
Orchid Album
Première description de Phalaenopsis marriottiana sous le nom de Vanda Parishii Mariottiana dans le Gardener's Chronicle. Avec le temps le nom a gagné un R
 
Culture
Culture facile en pot ou en épiphyte. Floraison de deux à quatre semaines pendant une période s'étalant de février/mars à juin/juillet.
 
Evolution moyenne des températures, de la pluviométrie et de l'humidité relative à Pingjiang (Chine) à 307 mètres d'altitude.
moyenne annuelle
jan.
fev.
mars
avr.
mai
juin
jui.
aout
sept
oct.
nov.
dec.
températures moyennes (°C)
17,6
7,2
8,3
12,9
18
22
24,6
26,4
26,2
23,5
18,9
13,8
9,2
Pluviométrie moyenne (mm)
1251,2
31,9
40,6
59,3
125,3
205,7
214,5
163,9
152,7
82,1
88,4
58,9
27,9
Humidité relative moyenne (%)
76,9
76,4
78,1
77,8
78,3
78,4
78,9
76,3
76,9
74,4
75,7
76,5
75,3

 

Précédent Suivant