Phalaenopsis venosa (Shim & Fowl 1983)
 
Phalaenopsis veiné (du latin venosus)
Origine : endémique de l'île Sulawesi (Célèbes)
Synonyme

Polychilos venosa (Shim 1983)

 

     Plante épiphyte à tige courte portant peu de feuilles (3/5).
     Racines allongées, charnues, souples, glabres, verte à leur extrémité.
     Feuilles ligulées, elliptiques à elliptiques-oblongues, récurvées au-dessus, ondulées, carénées dorsalement, longues de 22 cm. ou plus, larges de 7,5 cm.Pédoncule érigé, simple ou rameux, cylindrique, vert, rigide, aussi long ou plus long que le feuillage. Rachis aplati portant normalement 1 à 2 fleurs simultanément, rarement plus. Les plantes adultes émettent souvent plusieurs pédoncules. Bractées triangulaires, obtuses, concaves.      Fleur largement étalée, de 4 à 5 cm. de large, charnue, cireuse. Sépale dorsal oblong-elliptique à apex effilé, légèrement caréné au sommet.

 

Sépales latéraux obliques, ovales, presque symétrique, aigus, dorsalement carénés, à base légèrement révolutée. Pétales ovales, sub-rhomboïdes, obtus, légèrement convexes.
    
Labelle trilobé, glabre. Lobes latéraux oblongs-ligulés, dressés, charnus, connivents, ligulés à sommet incurvé, à mi-hauteur un callus provoque un épaississement. Lobe médian oblong-ligulé ou oblong-ovale, très charnu, glabre, largement occupé par une carène finement denticulée depuis la base jusqu'à un callus comprimé latéralement situé à l'extrémité du labelle. De chaque côté de la crête médiane, on distingue plus ou moins nettement des nervures longitudinales. Elles ont donné leur nom à cette espèce. Le disque à la jonction des lobes latéraux est occupé par 2 callus superposés. Le callus postérieur, complètement jaune est bilobé. Le callus antérieur, blanc, possède deux appendices divergents projetés au-dessus et de part et d'autre de la carène centrale, plus longs que chez le Phalaenopsis amboinensis.
    
Colonne courte, arquée, charnue, à base élargie soulignée par 2 épaississements charnus.
    
Pédicelle sinueux de 2 à 3 cm.

 
Observations
 
       Les segments floraux sont à base blanche; jaunes ou jaune-verdâtre vers l'apex, largement maculés ou tachés transversalement et longitudinalement de brun/ocre plus ou moins jaune. Labelle à dominante blanche. Callus terminal blanc, carène entourée à sa base de chaque côté par des stries mauve violacé. Lobes latéraux blancs avec un callus jaune. Légère suffusion de rose/mauve entre le pied de la colonne, blanche, et le stigmate.
    
La floraison de très longue durée s'observe au printemps et à l'automne. Parfois légèrement mais désagréablement parfumé.
    
Phalaenopsis "d'altitude" collecté à partir de 450 m jusqu'à 1000 m.
     Le Phalaenopsis venosa se distingue du Phalaenopsis amboinensis par le lobe médian du labelle, plus large et agrémenté de nervures longitudinales latéralement plus proéminente sur la moitié antérieure du lobe.
     Phalaenopsis venosa est une espèce aux coloris très versatiles et l'on peut trouver des exemplaires presque entièrement bruns alors que d'autre sont presque à dominante jaune.
     Il est très utilisé comme plante de base pour crèer des hybrides jaunes.
A) Fleur B) Anthère C) Pollinies
D) Labelle E) Coupe du labelle
 
     Attention, l'hybride primaire entre les Phalaenopsis amboinensis et venosa (Phalaenopsis Ambonosa) est souvent commercialisé sous le nom de Phalaenopsis venosa. Généralement ces plantes hybrides ont une végétation beaucoup plus vigoureuse que les véritable venosa.
Historique
 

     Longtemps confondu avec le Phalaenopsis psilantha*(Schl 1911)et commercialisé à partir de 1979 sous ce nom.

*Phalaenopsis psilantha à d'abord été classé par Sweet comme synonyme de Phalaenopsis modesta (1969), puis comme synonyme de Phalaenopsis amboinensis (1980) après découverte de documents inconnus jusqu'alors.

 
Evolution moyenne des températures, de la pluviométrie et de l'humidité relative aux îles, Sulawesi, à une altitude de 900 mètres (région de Manado)
 
Précédent Suivant
English version