Phalaenopsis robinsonii (J.J.Smith 1917)
 
Phalaenopsis de Robinson
 
Origine : île d'Amboine. Un seul exemplaire collecté en 1913
 
Synonyme

Polychilos robinsonii (Shim 1982)

 
     Plante épiphyte à racines nombreuses, charnues, souples, glabres.
     Tige courte, complètement recouverte par l'imbrication de la base des feuilles.
      Feuilles (4/5) charnues, pendantes, oblongues-lancéolées, aiguës ou sub-obtuses, à base étroite, condupliquées, de plus de 31 cm. de long sur 5,5 cm. de large.
      Pédoncule semi-érigé ou arqué, simple, long de 20 cm., portant peu de fleurs. Bractées cuculées, ovales, aiguës de 5 mm.
Agrandissement  

     Fleurs charnues de 3 cm. Sépale dorsal presque oblong-ovale ou elliptique, avec un apex aigu canaliculé. Sépales latéraux obliquement lancéolés ou presque elliptiques, apex canaliculé, sub-falciforme, sub-acuminé. Pétales légèrement obliques, elliptiques ou sub-rhomboïdes, aigus.
      Labelle très charnu, trilobé, à base courte très rétrécie, un peu plus court que les pétales. Lobes latéraux triangulaires, sub-falciformes, aigus, ornés le long de la marge antérieure d'un callus sub-globuleux. Lobe médian à base étroite, ovale, très charnu à apex lisse pourvu d'un callus ovoïde longitudinal.
      Disque entre les lobes latéraux agrémenté d'un callus bidenté semi-cylindrique, continué par un autre callus cylindrique, bifurqué, atteignant la moitié du disque du lobe médian. Il n'y a pas de carène médiane. Colonne érigée, cylindrique, charnue de 1 cm. Pédicelle de 1 cm.
      Fleur blanche tachée de lilas.

     Il est possible que cette espèce puisse se rattacher à une autre section car la description des segments floraux se base sur un bouton immature. Si la fleur mature à les segments floraux bien étalés de la section Amboinenses, ce classement est exact.

     Ce Phalaenopsis porte le nom de son « inventeur » le botaniste C.B Robinson (1871-1913).


Labelle de Phal. robinsonii (Sweet)
Holotype du Phal.robinsonii conservé à l'Herbier National de Leyde aux Pays-Bas
 
Description du Phalaenopsis robinsonii par JJ Smith en 1917 dans "The Philippine Journal of Science". A noter en fin d'article le distingo fait par  JJ Smith entre Phalaenopsis amboinensis et Phalaenopsis hombronii.
 
Ci-dessous, Quelques lignes dans l'Orchide Review de février 1914 à propos de la disparition de Robinson
 
Précédent Suivant

 

English version

Cliquer pour agrandir