Phalaenopsis parishii (Rchb.f 1865)
 
English version
Phalaenopsis du révérend Parish
fur Deutsche sprache
Origine : Myanmar, Indes, Thaïlande
Synonymes principaux

Aerides decumbens (Griff 1851)

Grafia parishii (Hawkes 1966)

Polychilos parishii (Shim 1982)

 
     Plante épiphyte aux racines nombreuses, charnues, longues, peu souples, glabres.
     Tige très courte, recouverte par l'imbrication de la base des feuilles.
     Feuilles charnues, arquées ou pendantes, à base étroite s'élargissant plus ou moins brusquement en un limbe obovale ou elliptique, quelquefois asymétrique, canaliculé par dessus, légèrement caréné par dessous, aigu ou obtus de plus de 12 cm. de long et 5 cm. de large, souvent plus petit. Pédoncule plutôt mince, érigé ou arqué, peu fleuri, 5 à 9 fleurs au rachis en zigzag, pouvant dépasser 14 cm.      Bractées alternes, ovales, cucullées, aiguës, de 3 mm.
     Feuilles charnues, arquées ou pendantes, à base étroite s'élargissant plus ou moins brusquement en un limbe obovale ou elliptique, quelquefois asymétrique, canaliculé par dessus, légèrement caréné par dessous, aigu ou obtus de plus de 12 cm. de long et 5 cm. de large, souvent plus petit.
     Pédoncule plutôt mince, érigé ou arqué, peu fleuri, 5 à 9 fleurs au rachis en zigzag, pouvant dépasser 14 cm. Bractées alternes, ovales, cucullées, aiguës, de 3 mm. Fleurs petites, de 2 cm.
     Sépale dorsal elliptique à oblong-elliptique ou arrondi, aigu ou obtus. Sépales latéraux obliques, obovales ou sub-orbiculaires, aigus ou obtus. Pétales à base étroite puis obovale ou obovale-elliptique, obtus.
     Labelle trilobé, réuni à angle droit au pied de la colonne par un très court pédoncule. Lobes latéraux dirigés en dehors vers l'avant, triangulaires, avec une crête charnue longitudinale distincte. Lobe médian mobile triangulaire-auriculé, quelque peu convexe, aigu ou obtus sur l'avant. Sa base est ornée d'une gibbosité très mince, semi-circulaire, dont les côtés sont frangés. A la jonction du lobe médian et des lobes latéraux on trouve une projection charnue, bilobée, aplatie, chaque lobe étant bifurqué. Colonne courte, charnue, à base très dilatée. Pédicelle de 15 mm ou plus
.
 
Observations
 
       Floraison essentiellement en fin d'hiver et au printemps. Sépales et pétales d'un blanc laiteux. Lobe médian mauve à violet-magenta, lobes latéraux jaunes tachés de mauve. Base de la colonne mouchetée de brun. Fleurs légérement parfumées.

     Dans leurs conditions naturelles les Phalaenopsis parishii poussent à une altitude minimale d'environ 500 mètres.

     
 
Historique
 
     Découvert en 1864 par le révérend C.Parish qui envoya des plantes aux établissements Low et au jardin botanique de Kew.    
    Avec E.S.Berkeley dans deux articles, un dans Le "Gardener's chronicle" en 1887, l'autre dans l'Orchid Review 1893 on peut prendre connaissance des faits suivants :
      "Les plus belles plantes sont celles que l'on trouve sur les branches surplombant les rivières. Ces branches sont d'autre part couvertes de mousse vivante que les racines de Phalaenopsis parishii envahissent, ce qui leurs permet de résister dans de meilleurs conditions à la saison sèche, alors que celles qui poussent dans les collines souffrent plus. Les Phalaenopsis parishii sont fréquemment à feuillage caduque, seules quelques plantes en position très favorable arrivent à conserver leur feuillage.
      Si les pluies sont en retard, il n'est pas rare de voir les plantes fleurir avant l'apparition des feuilles, néanmoins, les fleurs sont plus belles et abondantes si le feuillage peut se développer auparavant. Chaleur et humidité sont très élevés durant la période de végétation active. En culture, les plantes gardent leur feuillage l'hiver si on continue à les maintenir légèrement humides, sans aucun excès. Cette espèce demande plus de lumière que les autres Phalaenopsis, et une humidité permanente de l'ordre de 80 à 90%.
 
Evolution moyenne des températures, de la pluviométrie et de l'humidité relative au Myanmar, au niveau de la mer (région de Moulmein)
 
Précédent Suivant