English version
Phalaenopsis mannii (Rchb.f 1871)
 
 
Phalaenopsis de Mann
 
Origine : Inde, Sikkim, Assam, Viet-nam
Synonymes principaux

Phalaenopsis boxallii (Rchb.f 1883)

Polychilos mannii (Shim 1982)

 
     Plante épiphyte à la tige très courte, complètement recouverte par l'imbrication de la base des feuilles.
     Racines nombreuses, plutôt longues, souples, glabres.
     Feuilles moyennement nombreuses (4/5), dressées ou étalées, un peu flasques, obovales-oblongues ou oblancéolées-oblongues, brusquement aiguës, un peu falciformes, d'un vert pâle plus ou moins finement moucheté de brun ( plus spècialement vers la base), veinées, longues de 20 à 35 cm., sur 4 à 7 cm. de large.
      Pédoncule aussi long ou un peu plus long que les feuilles, étalé ou un peu pendant, robuste, à peine comprimé, vert très finement ponctué de mauve, parfois simple, plus souvent muni de 2 ou 3 branches courtes, multiflores. Bractées rigides, un peu charnues, très concaves, ovales-lancéolées, aiguës, vertes, longues de 1 cm.
      Fleur étalée, un peu charnue et rigide ayant 4 à 5 cm. de hauteur.
       Sépales très étalés, convexes, à bords un peu ondulés et fortement révolutés, portant à l'extérieur près de l'apex un fort renflement apiculé. Sépale dorsal linéaire-ligulé, obtus, sépales latéraux un peu plus grands, lancéolés-sub-spatulés, aigus, fortement asymétriques. Pétales presque semblables aux sépales, mais plus étroits et un peu plus courts, peu épaissis à l'apex, lancéolés-ligulés, aigus.
Les ponctuations pourpres de la base des jeunes feuilles de Phalaenopsis mannii disparaissent
avec le temps.

Labelle moitié plus court que les sépales latéraux, à partie inférieure un peu réfléchie. Lobes latéraux dressés et connivents, oblongs-sub-quadrangulaires, obliquement tronqués au sommet. Lobe médian redressé en forme d'ancre, à bras un peu récurvés, obtus, finement denticulés et papilleux vers l'apex. Disque présentant entre les lobes latéraux un callus aplati transversal charnu surmonté de deux longs appendices subulés, divergents, et en avant de ce callus un long appendice dressé, obtus, comprimé latéralement.
     Colonne allongée, claviforme, à pied court orné de chaque côté d'une petite dent triangulaire.
    
Pédicelle de 3 cm.

   
Détails du labelle de P. mannii
Observations
     Sépales et pétales jaunes ou d'un blanc jaunâtre, teintés et maculés de mauve/lilas. Labelle blanc ou un peu jaunâtre. L'appendice dressé sur le devant du callus est violacé clair. La colonne jaune et un peu striée de rouge. Légèrement parfumé.
    
La floraison se situe essentiellement au printemps, mais peut-être très étalée. Une plante adulte est capable de donner 5 hampes florales par an.
      Capable de rester fleuri plus de trois mois et de supporter des températures de 7°c sans dommages. On le trouve à une altitude voisine de 500 mètres et jusqu'à 1400 mètres, toujours dans une ambiance très humide avoisinant les 90%. Les plantes se trouvent à 4/5 mètres du sol, très à l'ombre de la forêt. Il lui faut donc un peu moins de lumière en culture. Dans son habitat naturel, les température peuvent descendre exceptionnellement jusqu'au point de gelée.
      Peu cultivé malgré sa générosité. Cette espèce produit rapidement de rejets également très florifères.

     La planche ci-contre est extraite de Xenia Orchidacea. Remarquez le M de mannii écrit en lettre majuscule comme il était de coutume pour les noms issus de nom propre. Actuellement la nomenclature demande d'écrire le nom d'espèce entièrement en lettre minuscule.
Historique
On doit cette découverte à Gustav Mann travaillant au service de l'administration des forêts de l'Inde qui fit la première collecte en mai 1868.
 
Variété botanique
Variété horticole
Phalaenopsis mannii var.flava (Christ.2001)
Synonyme : mannii var. concolor (Trudel 1986)
Fleur plus petite que le type, uniformément jaune. De culture délicate. Hampe florale plus érigée.
Phalaenopsis mannii "Red"
Nouvelle venue, cette variante cache son origine. Affaire à suivre. Les plantes sont plus robustes et de croissance plus vigoureuse que le type.
 
 
Hybride direct de Phalaenopsis mannii croisé ici avec le Dtps.Michel Vacherot, grande fleur blanche pointillée de pourpre.
Manii "red", mannii "mahogany", mannii "Ebony" ou mannii "dark" sont les appellations sous lesquelles on peut trouver ce nouveau venu. Il faut remarquer la texture des taches de couleur qui forment des reliefs alors que Phalaenopsis mannii a les sépales et les pétales lisses.
 
 
Évolution moyenne des températures, de la pluviométrie et de l'humidité relative au nord de l'Indes à une altitude de 450 mètres (région de Darjeling)
 
Précédent Suivant