English version
Phalaenopsis lowii (Rchb.f 1862)
 
 
petite galerie de Phalaenopsis lowii
Phalaenopsis de Low
 
Origine : Myanmar, Thaïlande
Synonymes principaux
Phalaenopsis proboscidioides (Parish ex Rchb.f 1868)
Polychilos lowii (Shim 1982)
L'orchidée au nez crochu

Plante épiphyte ou lithophyte, à racines allongées, peu nombreuses, charnues, glabres. Tige très courte. Feuilles peu nombreuse, de 1 à 5, articulées, persistantes ou caduques, vert foncé, sombre sur le dessus, tachées de violet dessous, ovales-lancéolées ou oblongues-lancéolées, aiguës, légèrement carénées à la face inférieure, longues de 9 cm, larges de 3.
Pédoncule mince, arqué ou pendant, quelquefois ramifié, portant de nombreuses fleurs, jusqu'à 100 (d'après la description originale, mais les plantes cultivées actuellement sont moins généreuses), de 30 cm de long, mais pouvant atteindre 90 cm. Bractées triangulaires, aiguës de 3/4 mm. Fleurs de 3,5 à 5 cm., à la texture délicate, étranges.
Sépale dorsal oblong-elliptique ou ovale-elliptique, aigu ou légèrement arrondi. Sépales latéraux obliques, ovales ou ovales-elliptiques, aigus ou légèrement arrondis, de même dimension que le sépale dorsal.. Pétales acuminés, elliptiques-oblongs, obtus. Labelle trilobé, aussi long que les pétales. Lobes latéraux falciformes, terminés en crochet, munis d'une crête charnue traversant diagonalement le disque. Lobe médian attaché sous les lobes latéraux, à base étroite, ovale ou flabellé-ovale, convexe, aigu ou arrondi à l'apex, quelquefois légèrement apiculé, parfois légèrement dentelé sur les bords. Disque orné d'une carène très développée, charnue. Entre les lobes latéraux on note la présence de deux callosités surmontées d'un callus bilobé recouvrant partiellement le lobe médian. Colonne courte, charnue, arquée, terminée à son extrémité par une extension semblable par sa forme à une trompe d'éléphant. Rostellum biaciculaire, aussi long que la colonne.
Pédicelle de 4 cm.

P. lowii d'aprés Bateman ( 1867)
Observations
     Espèce à feuillage caduc dans la nature.
     La couleur de l'ensemble des pièces florales varie du blanc teinté d'améthyste vers la base, au rose soutenu. Lobe médian violet-pourpre foncé. Lobe latéraux blancs tachés de jaune. L'extension de la colonne est mauve à violet. La tonalité générale de la fleur varie du " bleu" au rose clair.
     Réputé peu florifère en culture, de deux à huit fleurs apparaissent à l'extrémité d'une hampe florale d'une trentaine de centimètres, Phalaenopsis Lowii a été décrit comme plus prolifique dans la nature, avec une tige de plus de 90 cm, ramifiée, portant simultanément une centaine de fleurs. Les plantes actuelles, en provenance de Thaïlande sont peut-être moins florifères, quoique...
Historique
     Découvert par le révérend C.S.Parish qui voyageait à Moulmein (Myanmar ex Birmanie).
    
Introduit en culture par la firme Low et Cie en 1861, et nommé en l'honneur de Hugh Low, collecteur de plantes et administrateur colonial a Labuan (nord de l'ile de Bornéo).
     Les commentaires suivant sont dus au Major Général E.S.Berkeley dans deux articles, un dans Le "Gardener's chronicle" en 1887, l'autre dans l'Orchid Review 1893.
    
"Le Phalaenopsis Lowii croit dans une zone de basses collines calcaires dont l'altitude ne dépasse pas 60 mètres. Les précipitations sont abondantes pendant une grande partie de l'année et les cours d'eau nombreux*. Fin novembre survient une période sèche, et début janvier feuilles et pédoncules ont disparu. Ne restent que les racines qui ne poussent plus mais que la rosée nocturne entretient en bon état. Début mars la végétation reprend avec les premières précipitations. Les plantes ne sont installées que dans la partie Nord-Est des collines et ainsi protégées des grosses chaleurs de l'après-midi. Elles poussent néanmoins dans des situations très lumineuses. En culture, le feuillage n'est pas obligatoirement caduque. Dans tous les cas le repos ne doit pas excéder deux mois."
      Répandu dans les cultures à la fin du dix-neuvième siècle (sa culture était assez délicate et il fallait placer les plantes le long du vitrage), le Phalaenopsis Lowii semblait avoir disparu. Il figurait encore dans les catalogues de William Bull en 1911. Il a été redécouvert dans les années 1990 dans l'Ouest de la Thaïlande, dans des zones calcaires, à une altitude de 700 à 800 mètres soit en épiphyte sur des troncs, soit directement sur les falaises calcaires où quelques failles permettent l'accumulation de feuilles produisant un peu d'humus. De décembre à janvier, en saison sèche, les plantes perdent leur feuillage. Les pluies reprennent en juillet et jusque la les plantes survivent grâce à l'humidité ambiante et au brouillard. Les plantes qui se développent sur les arbres sont plus abritées du soleil et conservent leurs feuilles. La floraison a lieu en octobre.

     * delta des rivières Gyne ( ou Ghine), Ataran, et Salween dans la province de Tennasserim
 
 
1er avril 1894 Le Journal des Orchidées
Contrairement aux plantes cultivées à la fin du dix-neuvième siècle, les plantes trouvées en Thaïlande sont de coloris plus clairs, du blanc au rosé. Dans un semis donné il y a souvent un nombre assez important de plantes complétement blanches.
 
Culture
La culture en serre tempérée semble réussir à cette espèce mais elle reste délicate. P. lowii est fréquemment cultivé monté en épiphyte mais la culture en pot ajouré sur un support à base de sphagnum peut lui réussir. P. lowii demande plus de lumière que la plupart des autres espèces mais, si l'intensité lumineuse devient trop intense, le feuillage rougit. L'humidité doit être maintenue élevée en permanence. Un écart minimum de 10 à 13 °C semble bénéficier à la végétation de la plante. En culture la plante ne perd pas son feuillage tous les ans et la période de repos n'est pas du tout un passage obligatoire pendant le cycle de culture. Le Major Emeric S. Berkeley rapporte qu'une plante cultivée en Angleterre est restée 8 ans sans perdre ses feuilles. La floraison se produit normalement en octobre-novembre et les tiges florales peuvent apparaitre dès juillet. L'apparition de plantules sur les tiges florales défleuries se produit occasionnellement. La reproduction par semis est facile, mais les jeunes plantes ont une croissance irrégulière ; les floraisons interviennent après un délai qui peut varier de un à trois ans après la fin de la culture in vitro.
De fortes plantes produisent des rejets et il est alors facile d'obtenir des touffes de 4 ou 5 individus portant chacun jusqu'à 7 feuilles qui peuvent alors atteindre 15 x 6,5 cm.

Quelques photos de Phalaenopsis lowii supplémentaire
 
Évolution moyenne des températures, de la pluviométrie et de l'humidité relative au Myanmar, niveau de la mer (région de Moulmein)
 
Précédent Suivant