Phalaenopsis javanica (J.J.Smith 1918)
 
Phalaenopsis de Java
Origine : Java
Synonymes principaux

Phalaenopsis latisepala (Rolfe 1920)

Polychilos javanica (Shim 1982)

 
     Plante épiphyte à racines charnues, souples, glabres.
     Tige courte, complètement recouverte par l'imbrication de la base des feuilles.
      Feuilles brillantes, charnues, coriaces, à base étroite, obovales ou oblongues-elliptiques ou elliptiques, aiguës ou obtuses, de plus de 22 cm. de long sur 10 cm. de large.
      Pédoncule presque érigé, quelquefois arqué, le plus souvent simple, pouvant être un peu plus long que les feuilles, mais souvent plus court, avec un rachis en zigzag.
      Bractées triangulaires, cucullées, aiguës, de 4 à 5 mm.
      Fleur charnue de 3 cm. aux segments bien étalés. Sépale dorsal elliptique, obtus, effilé à l'apex. Sépales latéraux identiques au sépale dorsal, obliques, carénés dorsalement. Pétales largement elliptiques ou sub-orbiculaires, légèrement aigus ou obtus.
 

     Labelle adhérent au pied de la colonne, distinctement étranglé, trilobé, un peu plus long que les pétales. Lobes latéraux dirigés vers l'extérieur, oblongs-linéaires, longitudinalement rainurés, la partie antérieure plus charnue que la postérieure avec un apex aigu bidenté. Lobe médian à peu prés obovale-oblong ou oblong-elliptique, très charnu, presque trigone, caréné en son milieu, légèrement plus épais à l'apex, orné de quelques poils. Disque entre les lobes latéraux agrémenté d'un appendice tourné vers l'arrière, à peine bidenté. A la jonction des lobes latéraux et du lobe médian il y a un callus charnu, bidenté, rainuré longitudinalement.

     Colonne charnue, presque cylindrique, quelquefois arquée, longue de 6 mm.

     Pédicelle de plus de 2 cm.

 
Labelle Phalaenopsis javanica (Sweet)
Observations
 
 
Photo ci-dessous de Benoît BIAIS.Consultez son blog pour d'autres très belles photos de Phalaenopsis:
http://bbiais.free.fr/srnbb/

     La floraison est possible toute l'année, mais avec deux pics, l'un en avril, l'autre en septembre. Elle est de courte durée ( 4 semaines).
     
La couleur des segments floraux varie du blanc au jaune verdâtre et au jaune, marqué de stries longitudinales consistant en fait à une succession de petits points brun/violacés donnant à l'ensemble une apparence tesselée. Lobes latéraux jaunâtres avec une suffusion plus pâle à la base. Disque blanc. Lobe médian lilas ou violet, blanc à la base. Colonne blanche. Léger parfum de violette.
     
On le rencontre depuis le niveau de la mer jusqu'à 700 mètres d'altitude.
     
C'est une plante en voie d'extinction dans la nature. Le dernier site connu, au sud de Cianjur (ouest Java) ou on le trouvait même dans les plantations de café a été razzié par un spécialiste indonésien. Quelques botanistes pensent que des plantes pourraient subsister dans les forêts autour de Sindangbarang, Cibeber ou Sukanegara (ouest java).

 
Historique

      Les premières floraisons européennes datent de 1914. En avril de cette année il y eut deux floraisons simultanées. Le 16 tout d'abord en Irlande, puis le 28 à Maure de Bretagne chez monsieur Liouville*. L'espèce disparut ensuite des cultures pour être redécouverte vers 1975. Demeure rare en culture.

*La très intéressante collection de Mr Liouville de Maure de Bretagne a par la suite été remise au Muséum d'Histoire Naturelle de Paris.

     

 
Les hampes florales de Phalaenopsis javanica sont souvent beaucoup plus courtes que le feuillage et les premières floraisons peuvent passer complétement inaperçues d'autant plus que la hampe a quelquefois tendance à se diriger vers le support de culture.
Roger Liouville (1856-1930)
Ingénieur de l'armement français, cousin du professeur de médecine Henri Liouville (1837-1887) et apparenté par lui au mathématicien Joseph Liouville. Roger Liouville fut élève de l'École Polytechnique puis il fut affecté au Service des Poudres et accéda au grade d'ingénieur en Chef. En 1886 il obtient la charge de répétiteur, puis d'examinateur au concours d'entrée à l'École Polytechnique. Réaffecté à l'Armement au cours de la première guerre mondiale.
En dehors de ses activités militaires Roger Liouville possédait à Maure de Bretagne une collection d'orchidée assez importante pour être citée dans la littérature. Il légua au Muséum d'Histoire Naturelle de Paris sa collection de 700 plantes, surtout riche de phalaenopsis sélectionnés et hybridés par ses soins. Il s'était renseigné auprès de J. Costantin maitre de Noël Bernard, pour s'initier aux méthodes de reproduction.
Il est cité dans l'ouvrage de Maurice Vacherot pour sa collection exceptionnelle de phalaenopsis.
Une espèce de Vanda lui a été dédiée par le botaniste Achille Eugène Finet, le Vanda liouvillei
.
 
Evolution moyenne des températures, de la pluviométrie et de l'humidité relative à Java a 200 mètres d'altitude (Région de Bogor)
 
Précédent Suivant