Phalaenopsis fimbriata (J.J.Smith 1921)
 
Phalaenopsis fimbrié
(du latin fimbriatus, avec des franges)
Origine : Java, Sarawak, Sumatra
Synonyme

Polychilos fimbriata (Shim 1982)

 
Phalaenopsis fimbriata var.sumatrana
 
     Plante épiphyte à tige courte, complètement recouverte par l'imbrication de la base des feuilles.
     Racines longues, souples, glabres.
     Feuilles légèrement arquées, oblongues-elliptiques à elliptiques obovales, aiguës ou obtuses, plus étroites à la base, canaliculées à la face supérieure, de plus de 23 cm. de long sur 7 cm. de large.
      Pédoncule plus ou moins récurvé, mou, un peu plus long ou plus court que le feuillage, portant de nombreuses fleurs. Rachis vaguement quadrangulaire. Bractées persistantes, petites, ovales ou triangulaires, de 2 à 4 mm.
      Fleur charnue de 4 à 5 cm. Sépale dorsal elliptique ou oblong-elliptique, obtus ou presque aigu, légèrement caréné dorsalement prés de l'apex. Sépales latéraux obliquement ovales-elliptiques ou oblongs-elliptiques, aigus ou sub-obtus, canaliculés ventralement, distinctement carénés dorsalement le long de la nervure médiane. Pétales à base étroite, oblongs-elliptiques, obtus ou subaigus.
       Labelle plus court que les pétales, trilobé. Lobes latéraux érigés, obliquement quadrangulaires-oblongs, avec un épaississement central, semi-falciforme à l'apex. Lobe médian convexe, très charnu, ovale-rhomboïde extérieurement, avec une bordure dentée ou fimbriée relevée. Son apex est orné d'un callus ovoïde densément couvert de poils rigides. Une carène médiane, membraneuse, peu élevée, dentelée, coupe le lobe médian en deux. Disque entre les lobes latéraux avec deux callus superposés, normalement bifides, quelquefois comme lacérés ou dentelés. A la jonction du lobe médian et des lobes latéraux on distingue nettement une projection bifide, aciculaire, charnue.
      Colonne érigée, charnue, cylindrique, de 6 à 8 mm. Pédicelle de 2/3 cm.
   
Labelle Phal. fimbriata (Sweet)
Observations
 

     La couleur varie du blanc pur, au crème, ou quelquefois au blanc/verdâtre. Certaines formes ont seulement l'extrémité des sépales et des pétales verts ou présentant une suffusion verdâtre.
    
Les segments floraux, et plus particulièrement les sépales latéraux sont ornés dans leur moitié inférieure de barres transversales magenta. Certaines fleurs sont absolument sans marque, d'autres ont les sépales latéraux presque totalement marqués de colorations.
    
Le lobe médian et l'apex des lobes latéraux sont habituellement magenta vif. Les callus des lobes latéraux sont jaunes.
    
Floraison possible toute l'année, avec une prédilection pour la fin de l'été et l'automne.
    
Ce phalaenopsis se rencontre depuis le niveau de la mer jusqu'à une altitude de 450 mètres. En culture, il lui faut un milieu parfaitement drainé. La floraison est peut-être initiée après une période de repos ?
    
Découvert en 1921 à Java. Cette espèce est facilement différenciée des autres Phalaenopsis à petite fleur blanche comme les Phalaenopsis tetraspis, Phalaenopsis hieroglyphica et Phalaenopsis micholitzii, par les bords relevés et densément fimbriés du lobe médian, et par le callus très touffu occupant l'apex de ce même lobe.

 
Variétés botaniques
 
     Phalaenopsis fimbriata var.alba (Grusss & Röllke 1992)
Blanc pur
 
     Phalaenopsis fimbriata var.sumatrana (J.J.Smith 1932)
     Synonyme Phalaenopsis fimbriata var.tortilis (Grusss & Röllke 1992)
Fleur 1/3 plus grande que le type. Lobe médian très incliné, crête plus distincte, endémique de Sumatra. On le trouve entre 700 et 1300 mètres d'altitude, parfois avec des Phalaenopsis viridis, et quelquefois en litophyte sur des enrochements escarpés et moussus exposés à l'est ou au sud.
 
 
Phalaenopsis fimbriata var.sumatrana
 
Evolution moyenne des températures, de la pluviométrie et de l'humidité relative en Indonésie à une altitude de 800 mètres (règion de Bogor)
 
Précédent Suivant
English version