Phalaenopsis fasciata (Rchb.f. 1882)
 
Phalaenopsis aux marques transversales
(du latin fasciatus, avec des marques transversales)

Origine
: Philippines (Luzon, Mindanao, Bohol)
Descriptions originales ici
Synonyme

Polychilos fasciata (Shim 1982)

                         Description
     Plante épiphyte à racines nombreuses, charnues, glabres.
     Tige courte, complètement recouverte par l'imbrication de la base des feuilles.
     Feuilles distiques, elliptiques ou obovales-elliptiques, ou obovales obtuses ou arrondies, canaliculées à la face supérieure, carénées dorsalement, longues de 20 cm., larges de 7,5 cm.
     Pédoncule presque érigé ou arqué, beaucoup plus long que le feuillage, au rachis en zigzag. Bractées triangulaires, aiguës, cucullées, de plus de 4 mm.
     Fleur de 4,5 à 5 cm, cireuse, charnue. Sépales et pétales bien étalés. Sépale dorsal elliptique ou ovale-elliptique, aigu ou obtus. Sépales latéraux obliquement ovales ou ovales-elliptiques, rarement elliptiques, canaliculés à l'apex, distinctement carénés dorsalement. Pétales ovales ou ovales-elliptiques, légèrement obliques, aigus ou obt
us.
     Labelle légèrement dirigé vers l'extérieur, trilobé, presque aussi long que les pétales
     Lobes latéraux dressés, ligulés, au sommet sub-falciforme,renflé vers leur milieu. Lobe médian oblong-ovale, charnu, convexe, avec une crête médiane se terminant en un callus proéminent ovale orné de quelques poils disposés le long de son arête. Disque entre les lobes latéraux agrémenté de papilles allongées tournées vers arrière. Devant celles-ci à l'intersection des lobes latéraux et du lobe médian on distingue un callus aciculaire bifurqué.
    
Colonne charnue, arquée, élargie vers son apex.
    
Pédicelle de plus de 3 cm.
Observations/Culture
     Plante épiphyte observée depuis le niveau de la mer jusqu'à une altitude de 450 mètres.      Couleur variant du jaune clair au jaune foncé, voire au jaune/orangé, souvent avec des teintes verdâtres ; segments marqués de barres transversales ou horizontales de couleur variant du brun/rouge à cannelle ; lobes latéraux jaunes mouchetés de rouge à épaississements orange ; lobe médian bicolore, jaune/orange vif au tiers postérieur, magenta à l'apex.
     Commun en culture, mais souvent sous des noms erronés comme P. pallens, P. sumatrana ou P. amboinensis. Cependant on ne peut vraiment confondre P. fasciata qu'avec P. reichenbachiana. Les marges des sépales de P. reichenbachiana ne sont pas révolutées mais légèrement concaves, le lobe médian n'est pas totalement glabre et il aurait un parfum de 'moisi', ce qui n'est assurément pas un caractère objectif. Le trait le plus typique de cette espèce est constitué par le cal situé entre les lobes latéraux, couvert de papilles tournées vers la partie arrière de la fleur. P. fasciata a un léger parfum de pomme verte.
Historique
    Introduit en 1882 par les établissements Low et Cie de Clapton et décrite par Reichenbach fils dans Gardener's Chronicle, nouvelle série,18: 134 (1882). Lors de sa description Reichenbach n'était pas certain de ne pas avoir à faire à un hybride naturel et le rapprochait de P. lueddemanniana dont il se distingue pourtant par le lobe médian très peu poilu. Quelques commentaires à son propos sont à signaler dans le numéro 152 d'août 1905 de l'Orchid Review.
     Cette plante a longtemps été considérée comme un P. lueddemanniana var. ochracea (aussi décrit par Reichenbach dans Gardener's Chronicle en 1865) par les horticulteurs et nombre d'hybrides importants ont été ainsi mal enregistrés. C'est le cas entre autre de P. x Golden Sands (obtenu par en 1964 par Fields Orchids) plusieurs fois primé et jugé à l'époque comme le plus beau des phalaenopsis jaunes. Les hybrides de P. fasciata avaient tendance à présenter des pétales et des sépales plus ou moins révolutés et une forme étoilée qui ne correspondait pas aux espérances des obtenteurs, c'est pourquoi Phalaenopsis amboinensis avait la préférence avant l'arrivée de Phalaenopsis venosa. Les plantes qui ne présentaient pas ce défaut sont aujourd'hui soupçonnées d'avoir eu Phalaenopsis reichenbachiana comme parent.

     Plante de climat tempéré ou tempéré chaud sans difficulté de culture. Les tiges florales défleuries peuvent produire de très nombreuses plantules. Floraison essentiellement estivale, la tige florale est capable de fleurir pendant 5 ans ou plus. Les plantes de cette espèce gagnent à être cultivées en suspension.

Evolution moyenne des températures, de la pluviométrie et de l'humidité relative aux Philippines au niveau de la mer (région de Cebu)
Précédent Suivant
English version