English version
version espanol
Phalaenopsis celebensis (Sweet 1980)
 
Phalaenopsis des îles Célèbes
Origine : Célèbes (Sulawesi)
Pas de synonyme connu
 
      Plante épiphyte pendantes à racines charnues.
      Tige très courte complètement recouverte par l'imbrication de la base des feuilles.
      Feuilles peu nombreuses, vertes marbrées de blanc argenté, obovales-oblongues, arrondies, sub-sessiles, longues de 17 cm ou plus, larges    de  6 cm.
      Pédoncule arqué ou pendant, deux fois plus long que les feuilles, rachis violacé/vert portant de nombreuses fleurs. Bractées petites, discrètes
 

     Sépale dorsal érigé, sub-orbiculaire-spatulé, concave, obtus. Sépales latéraux étalés, obliquement ovales, arrondis. Pétales incurvés, transversalement réniformes-elliptiques, légèrement entaillés à l'apex.

     Labelle trilobé, lobes latéraux ouverts, sub-orbiculaires-spatulés avec une crête charnue au milieu. Lobe médian concave, ovale-elliptique, apiculé. A la jonction des trois lobes du labelle, se situe un callus acuminé, triangulaire, avec une bordure quelque peu "rongée".

     Colonne érigée de 8 mm.

     Pédicelle de 2,5 cm.

     
Phalaenopsis celebensis. Détails d'après J.J.Smith
 
Observations
 

      Sépales et pétales blancs, ces derniers avec une tache brune en leur milieu. Base du lobe médian strié de brun. Base des lobes latéraux jaunes tachetés de brun. Dessus de la colonne rose. La forme des pétales est unique dans le genre bien que Phalaenopsis lindenii ait aussi, quelquefois, pétales et sépales avec un tendance à se diriger vers l'arrière.
      La floraison est essentiellement estivale, mais possible toute l'année, abondante et de longue durée. Introduit et cultivé par Karthaus et Dakkus en 1934 puis par J.J. Smith à Leyde. Rien n'est connu sur son écologie.
      Peu cultivée cette espèce mérite d'être mieux connue. Elle se comporte bien cultivée en épiphyte à condition d'être suffisamment arrosée. C'est aussi le cas en pot où elle bénéficie avec bonheur de quelques arrosages de plus que ses congénères. Peut-être considérée comme une espèce "soiffarde".
      Les premières floraisons se produisent souvent sans ramifications de la hampe florale. L'âge venant celles-ci apparaissent plus généreusement.
     
La croissance n'est pas particulièrement rapide et la plante ne prend jamais un grand développement. Un exemplaire adulte ne demande pas plus grand qu'un pot de 12 cm de diamètre.

La très curieuse fleur de Phalaenopsis celebensis vue de profil
 
      La production de keikis ne semble pas être un point fort de la plante mais n'est pas   impossible. De même l'apparition de rejets n'est pas un phénomène courant.
    
Température minimum : 16°c.
 
     Il n'y a pas de variétés botaniques ni horticoles décrites, cependant, il y a quelques variantes, soit à dominante jaune, soit avec des pétales tachées de vert.
 
Pour indication, voici les courbes de l'évolution moyenne des températures, de la pluviométrie et de l'humidité relative dans la région de Mandano dans les îles Sulawesi au niveau de la mer
 
Précédent Suivant