Charles Budd Robinson (1871-1913)
 
-PHALAENOPSIS ROBINSONII-
 
Natif du Canada, en Nouvelle-Écosse, Robinson a obtenu son diplôme de l'Université Dalhousie à Halifax en 1891 avant d'occuper plusieurs postes d'enseignant. Poursuivant ses études il collabora avec le jardin botanique de New York de 1903 à 1908, et fut reçu à son doctorat de l'université de Columbia en 1906. Il fit un premier séjour à Manille puis revint pour peu de temps au Jardin Botanique de New York en 1911 avant de repartir pour les Phillipines poursuivre ses recherches.
Employé comme assistant botaniste au Bureau des Sciences, Robinson publia plusieurs articles sur la flore locale dans le Philippine Journal of Science. Il fût envoyé sur l'île d'Amboine pour rassembler les matériaux nécessaires à une étude critique sur le livre de Rumphius Herbarium Amboinense. Il devait collecter les espèces locales pour les comparer avec les descriptions originales de Rumphius. Il quitta Manille le 17 juin 1913, et se rendit à Amboine en passant par Buitenzorg. Il arriva le 15 juillet 1913 et commença sa collecte jusqu'au jour de sa mort prématurée, le 5 décembre 1913.
Le rapport de police concernant son assassinat indique que Robinson avait rencontré un garçon indigène grimpé sur un cocotier. Surpris, le garçon qui n'était pas habitué à voir un homme blanc, se précipita vers son village où il alerta les habitants. Ceux-ci prirent peur et craignirent que Robinson ne fût un revenant chasseur de têtes. Six personnes du village le tuèrent avant de jeter son corps à la mer. La mort de Robinson peut avoir été causée par une confusion linguistique, car il parlait mal la langue locale et ce jour-là il n'était pas accompagné. Le mot malais pour la noix de coco, "kelapa" peut avoir été confondu avec "kepala", le mot pour "la tête". Si Robinson a demandé au garçon qu'il a rencontré perché sur un cocotier de couper, "potong", et de lui envoyer une noix de coco, il a peut-être mal prononcé le mot et le garçon pourrait avoir compris qu'il voulait couper des têtes. Malheureusement Il y avait alors un mythe local au sujet d'un loup-garou qui décapitait les gens, un "potong kepala" et il aurait été confondu avec lui.
De nombreux échantillons collectés par Robinson étaient inconnus et plusieurs furent nommés pour honorer sa mémoire.

 
Robinson publia plusieurs articles dans le Philippine Journal of Science dont un sur les végétaux utilisés pour la confection des chapeaux philippins.

 

RETOUR RETOUR PERSONNAGES