RUDOLF MANSFELD (1901-1960)
-PHALAENOPSIS PETELOTII NON PUBLIE, SYNONYME DE PHALAENOPSIS GIBBOSA-

 

Botaniste et agronome allemand natif de Berlin.
Pendant plus de vingt ans, collaborateur de A. Engler, spécialiste de systématique, au Jardin botanique et au Musée botanique de Berlin-Dahlem. Il joue un rôle important dans l'élaboration du Code de Nomenclature Botanique publié en 1935, code qui met fin aux divergences entre européens et étasuniens. En reconnaissant la priorité de certains noms scientifiques attribués par des étrangers au détriment des synonymes, attribués plus tardivement, par des scientifiques allemands Il se fait mal voir par la gestapo qui accepte mal le principe d'antériorité pour les noms d'espèces ou de genres.
Spécialiste des orchidées et des Euphorbiaceae il voit sa carrière brutalement interrompue lorsque le jardin botanique est détruit par les bombardements en 1943. Il y perd le manuscrit de la monographie sur les orchidées qu'il préparait pour être éditée dans Die Pflanzenfamilien et ne se remettra jamais de la perte de l'herbier de Dahlem . Engagé comme " Obersoldat ", dans un corps médical il est brièvement prisonnier de guerre avant d'accepter, en 1946, un poste de technicien de laboratoire à Institut de génétique végétale et de recherche sur les plantes cultivées de Gatersleben . En 1949 il devient directeur de département de systématique avant d'être nommé directeur de l'institut, poste qu'il occupe jusqu'à sa disparition.
En tant que scientifique agricole, il a développé des principes pour la classification des plantes cultivées, et a également fourni une base scientifique pour l'établissement et la préservation de grandes collections de plantes cultivées (banques de gènes).
Il est l'auteur de plusieurs ouvrages dont l'Encyclopédie des cultures agricoles et horticoles, de l'Atlas des orchidées de la cordillère sud-américaine et a collaboré avec Rudolph Schlechter à l'Atlas des orchidées de la Nouvelle-Guinée allemande.
 
RETOUR