Carl Von Linné (1707-1778)
-PHALAENOPSIS AMABILIS SOUS LE NOM D'EPIDENDRUM AMABILE-
 
Carl Linnæus, puis Carl Von Linné (1707-1778)
Naturaliste suédois fondateur de la nomenclature binominale. D'accord avec la formule d'Edward Coke 
" Nomina si nescis, perit cognitio rerum " (la connaissance des choses périt par l'ignorance du nom), il a répertorié, nommé et classé de manière systématique l'essentiel des espèces vivantes, animales ou végétales, connues à son époque en s'appuyant sur ses observations comme sur celles de son réseau de correspondants. Il répertoria ainsi près de 6 000 espèces végétales et 4 400 espèces animales.
Il est né à Rashult à 80 km dans le nord de Malmö avant que sa famille ne déménage pour Stenbrohult une localité voisine. Son père amateur de botanique y entretenait un jardin dont une partie lui était réservée, " Le Jardin de Carl " et où il s'initia très tôt à la botanique sous la férule paternelle.
Souhaitant devenir médecin il étudie d'abord à l'université de Lund, près de Malmö, mais s'inscrit très vite à l'université d'Uppsala qu'il rejoint en septembre 1728. Peu développées à cette époque, les études de médecine incluaient une part importante de botanique. Ces études furent sans doute le moyen pour Carolus Linnæus de s'adonner à sa passion.
C'est à Uppsala, dès l'âge de 24 ans, qu'il conçoit sa classification des plantes d'après les organes sexuels et commence à l'exposer dans Hortus uplandicus.
Il conduit des missions scientifiques dans des régions peu connues de Suède et en rapporte une très riche collection de spécimens végétaux, animaux et minéraux. Bien qu'il donne des conférences de botanique et qu'il soit considéré à Uppsala comme un génie, il n'a pas encore de diplôme de médecine et en 1735, il part aux Pays-Bas, avec l'intention de l'obtenir. Il y met en forme ses notes et rencontre le botaniste Jan Frederik Gronovius (1686-1762) à qui il montre son manuscrit Systema Naturae. Celui-ci est si impressionné qu'il décide de financer son édition à Leyde.
En 1736, après un voyage à Londres il rentre à Amsterdam pour continuer l'impression de son travail Genera Plantarum, point de départ de sa taxinomie. Il obtient enfin son titre de docteur en médecine après un court séjour à l'université de Harderwijk puis il part pour l'université de Leyde, plus prestigieuse, où il reste une année au cours de laquelle son ouvrage Classes Plantarum est imprimé. Avant de rentrer en Suède, il va à Paris où il fait la rencontre de Bernard de Jussieu et de Claude Richard.
Il retourne alors en Suède, où, ne recevant pas de proposition qui le satisfasse, il exerce la médecine à Stockholm en se spécialisant dans le traitement de la syphilis.
En 1741 il obtient la chaire de médecine à l'université d'Uppsala puis celle de botanique.
Linné continue de réviser son ouvrage, Systema Naturæ, qui ne cesse de grossir au fil des ans à mesure qu'il reçoit des quatre coins du globe des spécimens de végétaux et d'animaux qu'on lui expédie et qu'il doit classer. De la brochure de dix pages du début (deux pages pour les minéraux, trois pour les plantes, deux pour les animaux), son œuvre devient un ouvrage de plusieurs volumes. Modestement il avait coutume de dire" Deus creavit, Linnaeus disposuit ", " Dieu a créé, Linné a organisé ".
Auteur très prolifique, Linné écrivit plus de 70 ouvrages et publia près de 300 articles. Cependant son livre le plus important reste Systema Naturæ qui connaît de nombreuses éditions successives, la première datant de 1735. Chacune d'elles améliore son système et l'élargit. C'est avec la dixième édition, de 1758, que Linné généralise le système de nomenclature binominale. Phalaenopsis amabilis y apparait en 1753 sous le nom d'Epidendrum amabile.
Précurseur du racisme scientifique, il divise les Homo sapiens en quatre variétés dans la première édition de Systema Naturæ, mais c'est dans la dixième édition, celle de 1758, qu'il introduit une classification de différentes espèces humaines avec l'homme blanc (Homo europaeus) en haut de l'échelle et l'homme noir (Homo afer) en bas.
Six années après sa mort sa veuve vendit sa bibliothèque, ses manuscrits et la plus grande partie de ses collections (plus de 14 000 plantes et 3 000 insectes) à un jeune botaniste Anglais, James Edward Smith. Afin de perpétuer la mémoire et de populariser l'œuvre de Linné, Smith fonde en 1788 la première société linnéenne du monde, la Société linnéenne de Londres et en devient le premier président. Les collections de Linné y sont toujours conservées, protégées dans un sous-sol, mais accessibles aux chercheurs.
A droite : échantillon de Phalaenopsis amabilis ramené par Osbeck et conservé au Museum d'Histoire naturelle de Stockholm, avec au verso une annotation de Linné:
Ex arbore Javae Parasitica
A gauche : échantillon de Phalaenopsis amabilis ramené par Osbeck et conservé au Linnean Herbarium de Londres. Cet exemplaire remarquablement conservé montre parfaitement toutes les caractéristiques de Phalaenopsis amabilis. L'étroitesse du labelle est particulièrement notable.
 
RETOUR