LEWIS KNUDSON (1884-1958)
 
     Lewis Knudson est né à Milwaukee, wisconsin, le 15 octobre 1884. Diplômé de l'université du Missouri en 1908 il rentre à l'université de Cornell comme assistant au laboratoire de physiologie végétale et se retrouve à enseigner à des étudiants souvent plus âgés que lui. Il obtint son doctorat et devient assistant professeur de physiologie végétale en 1911
     Il prend la tête du département de physiologie végétale en 1912 puis comme celui-ci fut incorporé au tout nouveau département de botanique en 1916 il prit en outre le titre de professeur de botanique.
     Un des centres d'intérêt principal de Knudson était la nutrition des plantes. En 1916 il commence à cultiver des plantes dans un environnement stérile.
      En 1919 il est invité par le gouvernement espagnol pour faire connaître l'étude de la physiologie végétale et pour donner des cours à Madrid et à Barcelone. Il y reste 6 mois puis séjourne un an en France où étaient conduites des recherches à La Sorbonne et pour suivre des séances de lecture à l'Institut Pasteur. Il assiste alors aux conférences de Mme Marie Curie concernant le radium.
    Le premier article de Knudson concernant la multiplication asymbiotique des orchidées parut en 1921 dans le bulletin de la Société Royale d'Histoire naturelle d'Espagne. Ses premiers essais concernaient des semis d'Epidendrum, de Cattleya et de Laelia en utilisant le milieu de Pfeffer et une modification de celui-ci, le milieu "B" de Knudson.
     A peu près ignoré du monde scientifique, ce premier rapport fut suivi en 1922 d'un second article, beaucoup plus développé dans une parution aux Etats-Unis, Botanical Gazette volume 73, qui reçut un accueil beaucoup plus favorable.
     Dans le même temps, l'Orchid Review publie plusieurs articles relatant les expériences faites par Knudson. On y donne la constitution des bouillons de culture et le procédé employé pour la désinfection des semences impures.
     Les premières expériences de Knudson remontent précisément au 14 janvier 1919 avec un semis de Cattleya mossiae effectué sur du milieu de Pfeffer. Au premier juillet 1919, les semis laissaient déjà apparaître leurs premières feuilles. Le 18 juillet 1919, il semait des graines d'un hybride entre le Cattleya intermedia et le Cattleya Lawrenceana sur son milieu "B" additionné de 2% de glucose et sur le même milieu additionné de 2% de sucrose. En juin 1920 tous les semis étaient bien développés. Il en concluait que la germination pouvait être indépendante de l'action de tout champignon.
     Il poursuivit ses expérimentations et effectua son premier semis de Phalaenopsis en 1925 (Phalaenopsis Schilleriana).
     La méthode de Knudson fut très contestée à ces débuts. Un mycologiste du British Museum alla même jusqu'à comparer une germination d'orchidée sans champignon à un Hamlet sans Prince du Danemark. En France, Costantin, maître de Noël Bernard, et Magrou, cousin de ce dernier, perçurent les travaux de Knudson comme une attaque contre les travaux concernant les semis symbiotiques. Costantin prétendit que les semis de Knudson ne pourraient jamais fleurir et que l'absence de symbiose léserait la croissance de la plante. Puis, devant l'apparition des premières fleurs, il affirma que celles-ci ne fleurissaient que parce que les plantes avaient été envahies pendant leur vie d'adulte.Knudson continua ses expérimentations pendant 8 ans et fit paraître plus de 20 articles sur le sujet.
     En 1938 l'industrie de la Vanille à Porto Rico du faire face à un grave problème de maladie. Une aide fut demandé à l'université de Cornell et Knudson y répondit favorablement. La solution fut le développement de plantes résistantes aux attaques fongiques. L'expérience de Knudson dans la culture asymbiotique lui permis de développer les premières plantes hybrides de Vanille. En 1941 il prit la tête du département de botanique de l'université de Cornell et fut pendant 12 ans consultant auprès de la United Fruit Company pour laquelle il conduisit des recherches sur la banane, aussi bien aux Etats-Unis que dans les pays tropicaux.
     Il fut vice-président de l'American Orchid Society, qui lui remit en 1949 sa médaille d'or pour éminents services rendus à l'orchidologie. Il était aussi membre des sociétés Vénézuélienne et Brésiliennes d'orchidophilie.
     Knudson prit sa retraite après 45 années de labeur le 30 juin 1952 mais son intérêt pour la science et la physiologie végétale demeura intacte. Il est décéda le 31 août 1958 à l'âge de 73 ans .
Illustrations accompagnant l'article de Knudson dans le Botanical Gazette
 
RETOUR RETOUR PERSONNAGES