Rejets

     Certain Phalaenopsis ont la propriété de donner naturellement de jeunes plantes à partir de la hampe florale (keiki). Si ce phénomène est normal en ce qui concerne beaucoup d'espèces naturelles, il l'est moins en ce qui concerne les plantes hybrides. L'apparition de keikis souligne un manque de luminosité et/ou une température estivale excessivement élevée. Dans la plupart des cas, c'est un léger manque de lumière qui favorise l'apparition des plantules au détriment d'une nouvelle floraison.
     Quelques hybrides et quelques espèces forment facilement des touffes, quelques uns naturellement, d'autres sous certaines conditions de culture (culture sur bâche pour fleurs coupées par exemple). Les plantes qui restent longtemps en place sans subir de rempotage sont les plus généreuses.
     Quelques espèces botaniques peuvent produire spontanément des plantules à partir des racines. Phalaenopsis stuartiana est souvent cité, mais aussi Phalaenopsis schilleriana, philippinensis et leurs hybrides. Les photos concernant ce phénomène sont de Luc Vincent éminent amateur de Suisse Romande et obtenteur de nombreux hybrides primaires. Peu de témoignage, surtout visuels, venaient corroborer ce texte de 1906 .

     Cette plante hybride de Phalaenopsis a émis naturellement un rejet récupérable au moment de rempotage quand il aura fait ses propres racines. Il peut également rester en place pour donner une floraison plus abondante.      Ce Phalaenopsis gigantea a donné spontanément un rejet qui est maintenant bon à récupérer car il a ses propres racines.      "Keiki", mot hawaïen signifiant bébé, désigne communément la plantule qui se forme, spontanément ou non, sur une hampe florale.      Celle-ci est récupérable dés que ses racines atteignent 2/3cm. Elle peut également perdurer sur la hampe et fleurir en place.
Ces deux clichés de rejets à partir des racines concernent une plantes de Phalaenopsis x Philishil, hybrides entre Phalaenopsis philippinensis et schilleriana
 
Suite>>